Vol au-dessus d’un nid de coucou – Ken Kesey

Chronique #206

Titre : Vol au-dessus d’un nid de coucou
Auteur : Ken Kesey
Éditions : Le livre de poche
Genre : Contemporain
ISBN : 978-2-253-10028-7
Pages : 474
Ma note : 13/20

Résumé :
« Un monde de carton-pâte peuplé de personnages en trompe-l’oeil, surgis de quelque histoire de fou qui serait vraiment drôle si les héros n’étaient pas des types en chair et en os.
Devenu un classique contemporain, le roman de Ken Kesey, paru en 1962, n’a rien perdu de sa puissance.
Il plonge dans le chaos d’un hôpital psychiatrique où l’infirmière Ratched règne en maître sur son service. Jusqu’à l’arrivée de McMurphy, un criminel qui simule la folie pour échapper à la prison. Rebelle et gouailleur, bien décidé à redistribuer les cartes et à redonner un peu de dignité et d’espoir aux malades, il engage alors à ses risques et périls une résistance acharnée contre l’institution.
Criant de vérité, Vol au-dessus d’un nid de coucou est une dénonciation en règle de l’enfermement psychiatrique, un hymne à la vie envers et contre tous. »

J’ai demandé ce roman à Noël. Je voulais le lire car la série Ratched est sortie sur Netflix et qu’apparemment la série se situe juste après le roman. J’ai voulu donc savoir comment elle était devenue comme ça.

J’ai mis du temps à lire ce livre car je n’accrochais pas réellement au style d’écriture. Celui-ci était assez lent, presque neutre. Mais avec le recul celui-ci me fait penser à l’ambiance bien particulière d’un service de psychiatrie.
L’histoire raconte bel et bien la vie de ce Randle McMurphy, arrivé dans le service un beau jour, du point de vue de Bromden, un amérindien qui se fait passer pour sourd et muet.

Pendant tout le temps de l’histoire, qui est en trois partie, on voit ce quotidien en deux parties. L’une, réelle, de Bromden et l’autre hallucinée de Bromden. Car il pense que tout autour de lui est une machinerie géante. Que les médecins implantes des dispositifs dans le corps…

Après lecture, on peut alors constater que ce n’est pas McMurphy le personnage principal, mais bien le Chef Bromden. McMurphy n’étant simplement que l’élément déclencheur qui permettra aux autres patients, et donc à Bromden de se libérer des chaînes que l’infirmière Ratched avait fermaient sur eux. Il a amené la joie et le libre arbitre en eux.

Malgré tout, ce discours assez plat, même s’il se passe des choses, ne m’a pas totalement mit dedans. Pour finalement me donner envie d’abandonner la lecture. Mais j’ai tenu et… La fin m’a vraiment étonné. Surtout pour McMurphy. C’était violent, traumatique et tellement triste pour lui…
Après tout ce qu’il a fait pour faire « perdre » l’infirmière Ratched. C’est lui qui a finalement perdu au change… Mais malgré tout, il a sauver ses pauvres âmes prisonnières.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *