Serre moi fort – Claire Favan

Chronique #50


Titre : Serre-moi fort
Auteure : Claire Favan
Éditions : Pocket
Collection : Thriller
Genre : Thriller
ISBN : 978-2-266-27164-6
Pages : 402

Résumé :
« Serre-moi fort. Cela pourrait être un appel au secours désespéré. Du jeune Nick, d’abord. Marqué par la disparition inexpliquée de sa sœur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l’incertitude et l’absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l’Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité. Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l’enquête sur la découverte d’un effroyable charnier dans l’Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop. Commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psychologique d’une rare violence. »

Autre roman acquis lors du Salon du Polar de Fargues St-Hilaires. J’ai rencontré Claire Favan, qui comme tous les auteurs présents ce jour-là étaient adorables !

Ce livre met en scène deux personnages, Nick Hoffman, un jeune garçon qui comme dit plus haut se retrouve confronté à la disparition de sa sœur, et Adam Gibson qui des années plus tard reprend l’enquête.

Que dire sur ce roman que j’ai adoré. Enfin j’ai principalement aimé deux passages. Le début, avec la vie de Nick après la disparition de sa sœur, l’aphasie de ses parents. Son état d’esprit, alors qu’il essaye de se battre pour faire vivre la maisonnée. Et le passage de fin, en rapport avec la tombée d’Adam au fond du gouffre.

Le roman se constitue en trois parties ; celle du début avec Nick entant que narrateur sur sa vie, puis celle d’Adam et du début de l’enquête, puis des deux personnages réunit.

Sinon, un détail qui m’a surprise. C’est la première fois que je lis un viol masculin dans un roman. Ce passage est extraordinairement bien détaillé.
Mais il s’avère que je n’ai pas du tout aimé la fin. J’aurais préféré autre chose…

Passage favori p.273 :
« Quand on a sucé un violeur d’enfant, qu’on a goûté son sperme, le fumet d’un cadavre est anecdotique. »

Ce roman n’est pas vraiment un coup de coeur, mais ce n’était pas bien loin ! Claire Favan a une façon d’écrire inoubliable ! Hâte de lire un autre de ses romans, mais en attendant je donne la note de 15/20 à « Serre-moi fort ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *