Prince captif T1: L’esclave – C. S. Pacat

Chronique #202

Titre : L’esclave
Saga : Prince captif
Tome : Tome 1
Autrice: C. S. Pacat
Éditions : Bragelonne
Collection : Poche
Genres : Romance ; MxM ; Fantasy
ISBN : 978-2-8112-1704-4
Pages : 307
Ma note : 14/20

Résumé :
« Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s’empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave de plaisirs au prince d’un royaume ennemi. Beau, manipulateur et mortellement dangereux, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à Vère. Mais dans la toile mortelle de la politique vérétienne, les apparences sont trompeuses. Pris dans les manigances de la cour, Damen doit s’allier à Laurent pour sa survie et celle de son royaume. Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr… »

J’ai connu ce livre simplement en entendant parler sur Twitter. Le résumé m’a fait envie et j’ai sauté le pas car pour mon anniversaire, j’ai fait une razzia sur les livres, et notamment quelques romances.

Après lecture, je peux dire que c’est une bonne série, mais je ne suis ni hyper hypé, comme avec Adopted Love, ou il me faut le prochain tome absolument, ni déçu. En gros, je veux savoir la suite, mais je peux attendre.

Pour une saga, qui n’est pas genrée comme érotique, mais qui fait penser à une relation MxM, avec notamment un esclave de plaisirs est très bien dosée. Les relations sexuelles sont justement pas présentes partout, comme dans certaines « romances » ou « littérature érotiques » et c’était vraiment appréciable. De plus, les seuls moments ou il y a des scènes, le vocabulaire utilisé reste comme dans tout le livre, maniéré et délicat, pour rester dans l’ambiance du roman (la cours d’un prince). Légère et même quelques fois avec l’utilisation de mots flous, qui ne laisse pas complètement comprendre ce qui se passe. J’ai beaucoup aimé cette façon de faire.

Malgré tout, on remarque que tout semble dans les détails. Avec beaucoup sur les décorations des pièces ou des vêtements, pour faire bien la différence entre la tenue des « mignons », et celles des « maîtres » mais aussi une nette différence entre la culture Vérétienne et Akielonnienne.

C’est un très bon tome introductif, Laurent est vraiment antipathique et Damen des plus attachant. On se doute alors, avec la scène de fin, qui tout de même un certain suspens, une envie de connaître la suite, que la « romance » va débuter dans ce tome.

Chose que j’ai aussi aimé, c’est que justement, c’est un homme « bien battit », qui devient l’esclave d’un prince svelte typé minet. Alors que généralement, on s’imagine souvent le contraire.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *