Le signe du Diable – Thomas Laurent

Chronique #87

Titre : Le signe du Diable
Auteur : Thomas Laurent
Éditions : Zinedi
Genre : Policier
ISBN : 978-2-84859-151-3
Pages : 246
Ma note : 17/20

Résumé :
« Après la mort violente du baron Raoul de Hurlebosque, son fils Philippe est atteint d’un mal étrange. Tous y voient la marque du diable. La jeune Morgane, avec sa tache de naissance au front, est un coupable tout désigné. Arrêtée par l’inquisiteur Henri Niger, torturée, Morgane avoue un crime qu’elle n’a pas commis. Tandis qu’elle attend la mort, un mystérieux sauveur la délivre. Mais elle va devoir honorer le pacte conclu? L’auteur entraîne le lecteur dans une véritable enquête policière au cour du XVe siècle où la recherche de vérité se heurte aux superstitions et à l’ignorance. »

Second service presse de la part de Thomas Laurent que je remercie encore pour sa confiance. Deuxième SP mais cette fois sur son premier roman !

Alors, déjà, première chose au début de la lecture, un extrait du Maleus Maleficarum. Le Marteau des Sorcières, en français. Il s’agit d’un ouvrage de l’époque de l’Inquisition pour permettre aux hommes d’Église de débusquer, de torturer et de tuer les sorcières.

Il faut savoir que je suis très attaché à la littérature concernant l’histoire de la sorcellerie. Donc ce livre ne pouvait que me combler. Surtout que ce n’est pas une œuvre totalement de fantasy. Il s’agit plus d’un policier à connotation historique. Ce que j’aime encore plus.
Bon, après tout, il ne faut pas oublier que l’Histoire, c’est le dada de Thomas.

On va suivre Morgane, une jeune femme qui n’a pas été gâtée par la vie. Fille d’une dite sorcière, ayant envoûté son père, étant le prêtre du village qui plu ait ! Elle est née avec une marque de naissance sur le front. Sûrement une tâche de vin. Malheureusement, cette tâche fait penser dans l’imagination collectif des villageois qu’il s’agit du signe du Diable. Et donc que Morgane est elle aussi une sorcière.

La jeune sorcière va devoir fuir son village natal, pour se réfugier à Hurlebosque. Et ce n’était pas le bon moment… Nombre d’évènements vont arriver et la faire accuser des maux de toute une ville.
Finalement, elle sera obligée de mener l’enquête pour trouver la sorcière responsable de la maladie du baron Philippe de Hurlebosque en compagnie du chevalier Thierry.

Une histoire que j’ai vraiment appréciée. Surtout qu’en plus Morgane ne crois pas à la sorcellerie ni aux superstitions. Ce que je trouve admirable. Car à l’époque, tout le monde pouvait être accusé. Mais il y avait aussi des gens qui ne croyaient pas à la sorcellerie et au Diable.
Comme d’habitude, j’aurais aimé un récit plus long. Sinon… Petit clin d’oeil avec Rochehauh dans ce roman aussi !

Un vrai coup de coeur.

Spread the love
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *