Le Collège noir – Ulysse Malassagne

Chronique #28
 
 
Titre : Le Collège noir
Tome : Tome 1 ; Le livre de la lune
Auteur : Ulysse Malassagne
Éditions :Milan
Collection : Grafiteen
Genres : Bande dessinée, Jeunesse
ISBN : 978-2-7459-8407-4
Pages : 81
 
Résumé :
« Un pensionnat perdu au milieu des forêts. Un groupe d’ados malchanceux privés de vacances. Une surveillante un peu contraignante. Et un camarade qui disparaît dans les marais. Mais quels secrets se terrent à l’ombre des sapins noirs ? Lorsque les collégiens découvrent ce que personne ne devrait jamais voir… Chacune de leur nuit devient un cauchemar. »
 
Petite BD toute mignonne (de mon point de vue) que j’ai découverte dans une des vitrines de Mollat. Du noir, de l’orange, un titre évocateur, un cercle occulte au sol ; il ne m’en fallait pas tant, mais cela m’a tout de suite emballée !
 
Cette couverture me faisait penser à une des scènes du film (adapté du livre) « Les Chroniques de Spiderwick », avec le cercle au sol pour les protéger et cette posture de défense, mais version Halloween avec ses couleurs évocatrices.
 
Les dessins d’Ulysse Malassagne sont simples mais touchants. Pas besoin de plus de détails. En même temps, ces dessins sont sombres et un peu froids, ce qui rappelle le design des personnages dans le jeu Ian Eye’s, une sorte de dessins rappelant un peu ceux de Tim Burton.
 
L’auteur a le souci du détail un peu glauque mais pas forcément trop horrible pour des enfants. Les « chapitres » sont appelés ici des « épisodes ». Pour chaque passage à un nouvel épisode, il y a une page avec une couleur basée sur toute la page, avec un dessin en rapport avec l’épisode précédent.
 
Cette BD m’a fait totalement penser à Poudlard de campagne. Avec les animaux qui parlent, les esprits, les démons, et la magie ! Bien qu’ici nous parlons de magie de type traditionnelle, de type wicca.
 
Cette histoire est racontée par l’auteur lui-même, se mettant en scène. Cette BD est à la fois drôle, un peu triste et obscure. Comme un film fantastique d’horreur pour les tout jeunes enfants. De plus j’ai trouvéune sorte de ressemblance avec le manga « L’île de Hozuki » au niveau de l’ambiance froide et obscure.
 
Cette histoire est vraiment drôle et tellement touchante. À la fin du tome on se demande s’il va se passer autre chose, et du coup, on veut la suite ! La suite ! Allez !
 
Vous l’aurez compris, cette petite BD est à lire. Du coup, je lui donne la note de 12,5/20 !
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *