Chroniques du Monde Emergé; T1 – Licia Troisi

Chronique #26
 
 
Titre :Chroniques du Monde Émergé
Tome :Tome 1 ; Nihal de la terre du Vent
Auteur :Licia Troisi
Éditions :PKJ (Best-seller)
ISBN :978-2-266-21390-5
Genres :Fantasy, Jeunesse
Pages :495
 
Résumé :
« Nihal est une jeune fille très étrange : oreilles pointues, cheveux bleus, yeux violets tout la distingue des autres habitants du Monde Émergé. Fille d’un célèbre armurier, elle passe son temps à jouer à la guerre avec une bande de garçons. Mais la nuit, des voix plaintives et des images de mort hantent l’esprit de Nihal. Et lorsque le terrible Tyran envahit La Terre du Vent, elle comprend que ses cauchemars sont devenus réalité. L’heure du véritable combat a sonné. Nihal doit devenir une vraie guerrière et défendre la paix, à tout prix. Ses seuls alliés : Sennar, le jeune magicien, et une infaillible épée de cristal noir. »
 
 
Ce livre faisait depuis longtemps partie de ma Wishlist Livraddict. Je savais qu’il était bien, mais je le laissais de côté à chaque achat livresque. Et puis un jour, un peu avant mon anniversaire (12 Décembre 2016 pour la fête, qui faisait aussi office de fête de fin des examens de premier semestre), une de mes amies, ma Pauline adorée, m’envoya un sms en me demandant si c’était un bon livre. Je ne l’avais pas lue, mais lui ai dit qu’il semblait bien, et que j’en avais eue de bons avis. Je pensais bien sûr que Pauline hésitait à se le prendre pour elle. Mais en réalité… La demoiselle me l’a offert le soir de ma fête ! Ah la coquine !
 
Je dois dire tout d’abord qu’il s’agissait d’une édition de PKJ que j’affectionne particulièrement, car il s’agit de leur collection « best-seller ». La couverture laisse voir le visage d’une jeune fille, aux longs cheveux bleus et aux yeux violets. Cette image dégage à la fois de la délicatesse, grâce aux marques en arabesque visibles sur son visage autour de ses yeux, comme un masque, et faisant drôlement penser aux marques de la race des Elfes de la Nuit dans World of Warcraft ; mais aussi une détermination bien visible dans les yeux de cette jeune fille.
 
Ce roman prend place dans le Monde Émergé dont nous avons la carte sur les pages de garde. Le monde émergé est constitué d’une terre dit neutre, « La Grande Terre », qui accueille les conseillers et souverains de chaque autre terre pour parler des problèmes du monde. Celui-ci est entouré par sept autre terres (La Terre du Soleil, de la Nuit, de la Roche, du Feu, du Vent, de l’Eau, du Jour). Malheureusement, la Grande Terre a été conquérie par le Tyran, un ancien conseiller du Conseil des Mages, avide de pouvoir et de destruction.
 
Il s’agit donc de l’histoire de Nihal, jeune fille, dernière survivante du peuple des Demi-Elfes, entièrement (moins une pour le coup) décimé par ce cinglé sans aucune raison connue (dans ce tome en tout les cas).
 
Tout les personnages de ce roman sont attachants. L’auteure a prit un grand soin au niveau de la psychologie de ceux-ci, ayant un petit détail triste, ou amusant pour chacun. On arrive à ressentir la détresse ou la tristesse de tel ou tel personnage.
Nihal en particulier est troublante, car bien qu’elle soit la personnage centrale du roman, elle est extrêmement naïve et colérique. C’est la première fois dans un roman de fantasy avec une femme qui est « l’élue », que je trouve aussi peu mûre.
Le combat n’est qu’une sorte de jeu pour elle, et même en ayant découvert ses origines, sa détermination n’en est pas le moins plus louable.
 
Après, en soit, ce qui peut être intéressant, c’est de voir son évolution. Mais je ne la trouve pas super géniale non plus, car pour elle, son évolution va trop lentement, et quand elle « mûrit », ça va trop vite (à mon goût en tout les cas). Idem pour son côté féminin, que je trouve trop surjoué au niveau de sa « relation » avec Fen.
Mais sinon, son parcours, l’Académie, puis son Maître, l’histoire et l’apprentissage de son dragon, rien à redire.
 
En tout les cas, l’histoire est ennivrante, et on a envie de savoir ce qu’il se passe dans le tome 2 dès la fin du tome 1. Je conseille donc si vous aimez la fantasy mais pas les romans « trop » longs.
 
Mon passage préféré, p.153 :
« Soana regardait l’enfant, incrédule : comment la vie pouvait-elle surgir ainsi, pure et imperturbable, au sein de la mort ? »
 
Pour la note, ce sera un 13/20, à voir pour le tome 2.
 
Et vous, qu’en avez vous pensé ?
 
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *