Ashes falling for the sky – Nine Gorman & Mathieu Guibé

Chronique #118

Titre : Ashes falling for the sky
Auteurs : Nine Gorman et Mathieu Guibé
Éditions : Albin Michel
Collection : #AM
Genres : Romance ; Contemporain
ISBN : 978-2-226-43980-2
Pages : 380
Ma note : 20/20

Résumé :
« Lors de la soirée de pré-rentrée à l’université, Sky, décidée à laisser ses démons derrière elle, jette son dévolu sur Ash. Prête à assumer cette aventure d’un soir, elle ignore les avertissements de sa colocataire et se lance dans le jeu de la séduction, mais perd lamentablement la partie. Elle fait fuir Ash, non sans avoir entrevu ses blessures. La part d’ombre d’un jeune homme qui a tout connu, même le pire. Surtout le pire… »

Depuis l’annonce de sa sortie, j’avais une envie irrépressible de me le procurer. Je ne sais pas trop pourquoi. D’abord, je pensais que c’était à cause de la couverture, du charadesign de Ash. Mais maintenant, j’ai la véritable réponse.

Donc, nous avons un roman à deux voix, celle de Sky Powell et de Ash Walker. De plus, à chaque début de chapitre, une chanson est proposée. J’ai, de ce fait, fais une playlist spotify pour lire les chapitres en même temps que l’écoute musicale.
Mais quelle erreur !

C’était une super expérience de lecture, je ne dis pas. Mais étant mélomane, la musique à amplifié les sentiments que j’ai ressenti.
Ce roman est à la première place sur le podium de mes romans préféré. C’est sur.

L’écriture est intense, la passation de sentiments est exceptionnellement bien réussi avec la musique en plus.
Malheureusement, ce roman me parle. Me parle même un peu trop. Je me reconnais trop en Sky, et je le reconnais trop en Ash… On peut dire que cette lecture m’a mise à rude épreuve.
Les pages sont gorgées de mes larmes. Toute ma vie à ressurgit, tout mon passé, mes moments de souffrances, actifs encore aujourd’hui.

Bizarrement, ce livre me met plus bas que terre quand je le lis, pourtant, j’ai envie d’y retourner. Comme si sa lecture me retirait un poids des épaules…
J’ai tellement de mal à rassembler mes idées pour cette chronique… Comme si les chaînes enserrant mon coeur avaient crée un lien vers cet objet, pour que je puisse m’y rattacher.

Que dire d’autre ? A part que oui, ce roman est plein de clichés, mais c’était le but de départ des auteurs, et bien que pour un second angle de lecture, cela peut géner, ils ont pourtant réussi le pari de construire une histoire parlante de vérité.

Bien sur, c’est à coup sur un coup de coeur. Et, je crois, l’un des premiers romans qui écope de la note maximale.
Mon passage favori ?… Au début j’en avais un. Mais à chaud après la lecture terminée, je me rends compte que tout les chapitres sur Ash sont ancré en moi…

Spread the love
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *