Alana et l’enfant vampire – Cordélia

Chronique #186

Titre : Alana et l’enfant vampire
Autrice : Cordélia
Éditions : Scrinéo
Genres : Jeunesse ; Fantastique
ISBN : 978-2-36-740-865-1
Pages : 216
Ma note : 17/20

Résumé :
« Alana en a marre. Ses parents et sa sœur sont encore partis gérer des conflits vampiriques sans elle ! Heureusement, sa meilleure copine Oli est là pour lui changer les idées : elle est persuadée que Joâo, le nouvel élève de leur classe, est un vampire ! Se pourrait-il qu’elle ait raison ? Et s’il leur révélait quelque chose d’encore plus terrible ?
Pour Alana, c’est l’occasion de prouver à sa famille qu’elle est capable de mener à bien une mission, malgré ses douleurs musculaires… »

Déjà, je suis tellement heureux, j’ai du attendre avant de pouvoir me le prendre. L’avoir dans les mains m’avait relativement ému. Cordélia est une auteure que j’aime énormément (rappelez-vous, la vidéo sur Wattpad…)

Donc, il s’agit d’un jeunesse, d’à peine deux cent pages qui peut se lire très rapidement. La plume est quand même un peu différente que dans TQLF, car c’est un jeunesse, il faut un peu s’adapter. Pour autant, on reconnaît bien la patte de l’auteure. (En particulier les ressources à la fin du livre !).

Pour ce qui est de la jeunesse, vous me connaissez, il m’arrive d’être relativement déçu à cause de la rapidité du récit et du nombre de détails pouvant rendre l’histoire cohérente et crédible. Eh bien pour le coup, je n’ai pas été déçu une seule fois. Le roman n’était ni trop court dans sa durée (par rapport aux évènements qui s’enchaîneraient trop vite par exemple), ni sans trop peu de détails. Il y avait tout juste ce qu’il faut. En plus, l’intrigue et l’histoire qu’il se passe entre les vampires est vraiment super bien trouvée. Bravo Cordélia, je ne m’y attendais pas du tout. C’est le genre de thème qu’on pourrait faire dans un roman/série de vampires pour adultes.

Autre point positif pour ce roman jeunesse, c’est la diversité des personnages ! En effet, je lis quand même un peu de jeunesse, mais je n’ai jamais eu des personnages aussi intéressant dans un seul et même roman. Avec notamment deux personnages racisés. Une personne en questionnement sur son genre et une autre ayant des douleurs chroniques. Tout ça en étant au collège ! Vraiment, j’ai adoré, ça fait du bien de voir que non, on est pas obligé d’attendre les séries se passant au lycée pour pouvoir avoir une diversité telle. D’accord, ça se voit de plus en plus dans l’animation, mais dans la littérature, je suis pas hyper sur.

Chose que je vois rarement aussi, mais qui est déjà très présent dans les écrits de Cordélia, c’est la temporalité. Souvent en début de chapitre, elle écrit le temps écoulé. Et ça c’est vraiment bien pour se caler dans le temps avec les personnages. Cela montre bien que l’histoire ne s’est pas bouclé en deux jours.

Le personnage de Vivien, je le trouve assez intéressant, dans sa tournure et sa « face cachée », vraiment, c’était si bien. On ne s’attend pas forcément à ça dans un jeunesse. Ce qui laisse penser que c’est bien « une mission d’adulte » en arrière plan, malgré que ce soit des « enfants » en partie concernés.

Deux mini bémols pour la route ?
Déjà, j’étais vraiment très curieux de savoir pourquoi la mission des parents à Berlin prenait AUTANT de temps. En plus, Alana commençait à s’inquiété. Je m’attendais à ce que les parents lui explique rapidement les tenants et aboutissants de leur mission.

Et pour le dernier, je ne suis vraiment pas sur. Mais je n’ai pas eu la confirmation si Oli allait pouvoir faire la formation de Médiatrice avec Alana ou non et ça me frustre ! Car si il y a bien la réponse à la fin, je ne l’ai pas vu !… (my bad, hein. Ce n’est pas un reproche à l’auteure).

Mais ça reste un coup de cour jeunesse que je recommande chaudement !

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *