A comme Association T1: La pâle lumière des ténèbres – Erik Lhomme

Chronique #44
 
 
Titre : A comme Association
Tome : Tome 1 ; La pâle lumière des ténèbres
Auteur : Erik Lhomme
Éditions :Gallimard
Collection : Jeunesse
Genres : Jeunesse ; Fantastique
ISBN : 978-2-07-063468-2
Pages : 154
 
Résumé :
« Prénom : Jasper / Âge : 15 ans / Description : Grand, maigre, peau blafarde et yeux charbon / Profession : Agent stagiaire à l’Association et lycéen (à ses heures perdues) / Signes particuliers : Pratique la magie et joue de la cornemuse dans un groupe de rock médiéval / Aime : Les mauvais jeux de mots, Donjons et Dragons, l’Agent stagiaire Ombe / Mission : Démanteler un trafic de drogue chez les vampires. »
 
Cette saga de romans jeunesse m’a toujours attirée. Le problème, c’est que je ne pensais pas à les acheter, il y avait toujours un livre qui me passait par la tête au moment des passages à Mollat. J’ai donc profitée d’un SWAP avec Shirley Von Karot pour glisser le tome 1 dans ma wishlist.
D’ailleurs ça n’a pas manqué d’agir puisqu’elle m’a envoyée les deux premiers tomes ! En occasion, certes, mais ça ne me gêne pas trop vu que c’est les anciennes éditions !
Encore mille fois merci ma belle !
 
Les couvertures sont juste magnifiques et m’ont tout de suite attirées. C’est souvent un arrière-plan ou l’on voit l’ombre d’humains et de créatures surnaturelles. Le premier plan quand à lui est composé du titre, de l’auteur et du symbole de cette saga qui est un pentacle avec un grand A formant la fin de l’étoile avec le titre dedans. L’idée est bien trouvée car elle marque les esprits sur le titre de la saga.
 
L’histoire de ce tome 1 est assez simple. Jasper est un garçon comme les autres, enfin, pas vraiment puisqu’il pratique la magie en secret. Il se fera alors recruter par l’Association, une organisation secrète dissimulée dans un bâtiment anodin, qui régule et contrôle l’activité des êtres spéciaux.
Dans ce tome, Jasper part sur une piste qui le mènera jusqu’à un trafic de drogue vampirique.
 
Le bouquin bien qu’assez court est agréable à lire. Jasper fait des jeux de mots complètement pourris tout au long du livre qui fait sourire au fur et à mesure de la lecture, mais il faut aimer. De plus, bien que piètre comique, il excelle dans l’art de la magie et maîtrise également les langues mortes ainsi que le haut-elfique et d’autres utilisées dans ses rituels.
Seule petite chose qui ne m’a vraiment pas trop plu dans le roman, c’est les « traductions » ; j’entends par là que quand Jasper fait un sort, il est d’abord écrit dans l’alphabet de la langue utilisée, puis en romaji (en gros écrit avec notre alphabet) puis traduit en français. C’est une explication un chouïa trop longue.
 
Mon passage favori page 1 :
« Je rentre la tête dans les épaules en frissonnant, pareil à une tortue à laquelle on aurait posé un lapin. »
 
Ce livre mérite un bon 11,5/20. Pas exceptionnel mais pas nul non plus. Il est moyen, mais c’est aussi un livre jeunesse qui est relativement court. J ‘aime et je compte bien lire la suite.
 
 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *